07 mars 2011

essais d'underground

J'ai reçu plein de messages de lecteurs, qui je l'avoue m'ont plongé dans l'embarras et qui sont la cause de ma pause de plus d'une semaine. On m'a dit que mon humour était ringard, que mon attachement à la grande bande dessinée d'aventure était dépassé, que maintenant il fallait être "décalé", "absurde" et "iconoclaste" pour plaire. Au début j'ai cru que ça voulait dire être parodique, mais en fait pas seulement, c'est plus compliqué que ça il paraît. Alors je m'y suis efforcé dans mes carnets mais je sais pas si c'est très convaincant, à vous de juger...

26

Alors dans celui-là j'ai essayé d'être à la fois classiquement underground et effrayamment décalé : y'a deux éléments légendaires de l'humour parodico-trash - l'univers du commerce et les blagues par rapport au fait de puer de la bouche - mais j'ai évité le gag classique de préciser que c'est le seul vendeur du magasin (eh oui regardez, j'ai pas mis "seul" entre "le" et "vendeur"), car là ça aurait vraiment fait référence au côté surfait d'un dessin d'humour où un mec serait seul dans un magasin avec un vendeur qui sent mauvais, là ça aurait clairement fait parodique, or on m'a dit qu'il faut être parodique sans l'être. Dont acte. (Bon du coup j'ai été obligé de mettre un Post-Scriptum pour qu'on comprenne un peu mieux, mais c'est pas grave hein ?)

 27

Alors dans celui-là j'ai vraiment voulu être dans le style "mauvais goût cynique et auto-satisfait", vous savez le genre de mecs qui ont du recul devant tout, qui font comme si tout était rigolo, qui se cachent derrière leur second degré permanent et donc qui aiment bien faire des blagues décalées où il est question de prostitution, de pédophilie, de racisme ou de pornographie parce qu'il paraît que c'est trop marrant et qu'il faut savoir en rire pour pouvoir se montrer supérieur par rapport à la vie. J'ai failli en rajouter une couche en faisant dire au mec "t'es pas une pute, à ce que je sache !", mais il paraît que "pute" c'est trop démodé tellement que ça a été utilisé pour faire 'faussement vulgaire' comme on dit, à savoir viril et mordant (mais donc avant c'était branché), alors j'ai opté pour la réplique du tac au tac "t'es con ou quoi ?" qui est vraiment comme on parle dans le langage courant donc qui est trop drôle je crois.

 28

Bon là j'avoue c'est un peu prévisible, c'est classique dans le registre de l'humour cruel et décalé. Ouais, j'ai voulu être commercial : je me suis moqué d'un handicap. Ouais, j'aurai trop la côte auprès de l'underground politiquement incorrect, trop bien !!!

29

Et l'on finit par un passage obligé dans l'humour absurde pince-sans-rire : la référence à la bouffe. Parfois ça peut aussi être à un meuble dérisoire comme un tabouret, mais c'est quand même la nourriture qui garde la première place, et surtout les matières premières comme le sucre ou ici la farine. Et puis surtout, trop important à savoir : faut parodier la pub en faisant donc une phrase exclamative dans un grand éclair, c'est trop décalé ! Et faut que le personnage cligne d'un oeil pour se moquer du côté débile régressif des réclames ! Bon, j'avoue que j'ai hésité entre plusieurs phrases, à votre avis c'est laquelle la mieux par rapport à la farine ?  

Posté par Lucas Taieb à 13:59 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

11 mars 2011

la trop bonne idée !!!

Et si dans mon récit j'incluais la vie d'un blog où je fais croire que je suis un artiste imbécile s'accrochant encore à des chimères mélangeant divertissement consumériste et esthétique sacrée alors qu'en fait je suis lassé par les vertus persistantes de l'accrochement à l'illusion de la Caverne qui m'atteignent de moins en moins tellement j'aime bien me concentrer sur le dessous des choses et m'en amuser ??? Alors du coup je jouerai au mec revenu de tout, qui se sent supérieur à tout, limite méprisant même quand je me moquerai de moi-même vu que je viserai en fait les parodieurs qui me nourrissent, en étant donc jusqu'au-boutiste dans ma perpétuelle et pénible remise en question de tout, et je continuerai à fond dans ce troisième degré incompréhensible en faisant une gigantesque mise en abyme où mon narrateur aura pour objectif d'inclure dans son projet de faire le blog en question, oh c'est trop géant non ??? Voici ce que ça pourrait donner :

30

31

J'ai la migraine tout d'un coup donc même si je conserve cette scène celle-ci ne sera qu'une toile narrative diffuse, isolée et contingente qui n'aura pas grande importance dans l'intrigue, une "toile de fond" comme on dit, oui voilà je cherchais le mot. L'essentiel c'est ce qui arrive au personnage principal, il faut que je me le répète. J'essaierai de m'efforcer à m'y efforcer dans les posts qui suivront.  

Posté par Lucas Taieb à 17:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 mars 2011

savoir s'inspirer du quotidien

Tout à l'heure ma concubine a essayé de récupérer une chaussette et une cuillère en bois tombées derrière le radiateur, à l'aide d'une autre cuillère en bois (également tombée au préalable, d'ailleurs). Elle a réussi pour la chaussette mais pas pour la cuillère. Cela m'a bien entendu tout de suite mis la puce à l'oreille pour créer un nouveau super-héros d'un genre nouveau, car il faut savoir observer les choses de tous les jours pour nourrir nos fictions.

32

33

Ouais bon ça j'abandonne comme idée finalement, ça c'est juste moi qui ai monté un carton dans mon grenier à l'aide d'un escabeau, c'est moins fort que ce qu'a fait ma chérie, c'est moins important. Y'a que ma chérie qui déchire tout. Je l'aime.

Posté par Lucas Taieb à 23:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 mars 2011

GRAND CONCOURS : quelle réplique il faut qu'il dise le monsieur ?

Alors comme il paraît que le polar c'est bien, j'ai fait un personnage qui est "le gros benêt qu'on accuse à tort mais en fait à raison vu que c'est bel et bien lui le coupable car il a toujours des alibis pourris", mais le problème c'est qu'à chaque fois que je le dessine je n'arrive à lui faire dire qu'une seule réplique, c'est plus fort que moi, y'a que ça qui sort, sa tête elle m'inspire ça et puis c'est tout.

34

Donc ça va pas, il faut lui faire dire autre chose quand même. Donc j'ai eu l'idée de lancer un GRAND CONCOURS pour vous, chers lecteurs. Laquelle des neuf répliques ci-dessous voulez-vous qu'il dise le mec ? Envoyez-moi votre choix en commentaire de l'article, merci à vous ! La réplique la plus citée gagnera le droit de figurer dans une "Séquence finie", eh oui ! Bonne chance à tous !

35

Posté par Lucas Taieb à 13:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 mars 2011

les trois meilleurs passages du projet en avant-première !

Histoire de vous donner l'eau à la bouche.

36

Alors il paraît que dans toutes les bonnes histoires il y a un moment où un personnage dit "il a le pouvoir !" avec un air à la fois mystérieux et menaçant, du genre "ah ouais le mec en question il est trop chelou d'avoir le pouvoir". Je n'ai donc pas voulu échapper à la règle, même si je n'ai pas pu m'empêcher d'ajouter une petite note d'humour à la suite, afin de détendre un peu l'atmosphère. Vous me connaissez, je suis un rigolo. (Soit dit en passant aucun personnage de mon récit n'a un quelconque pouvoir mais on va dire que ça fait rien.)

37

Alors ça c'est l'incontournable description sensible et lyrique de la nature, on ne peut pas y échapper. Avec toujours à la fin, pour ne pas que le lecteur s'endorme (parce que quand même c'est chiant la nature au bout d'un moment), un rebondissement plein d'action, que je ne vous dévoile pas ici quand même, histoire d'en garder un peu sous le coude !

38

Dans toutes les bonnes intrigues il y a toujours des histoires de famille imbriquées dedans, avec des choses cachées ou mal comprises, des règlements de compte, des conflits d'intérêt, des trahisons, des chantages, des mises au point, des casseroles comme on dit, comme on en trouve dans toutes les familles dignes de ce nom/qui se respectent (je sais jamais laquelle des deux expressions employer). Alors il faut bien que les personnages résument un peu le contexte pour le lecteur largué qui a sûrement oublié l'existence de tel ou tel membre.  

Tout à coup je m'aperçois que ce qui gouverne un bon projet c'est le nombre de "ouais mais tu sais bien que" (voir aussi la page sur le pouvoir) car ça montre que l'auteur veut être clair avec les lecteurs, veut les aider à saisir le truc qu'il veut raconter. Par conséquent je pense pouvoir dire que mon projet s'appellera Ouais mais tu sais bien que 07 36 96 84 75. (Bah ouais il faut bien qu'il y ait le nom du héros dans le titre quand même.)

Posté par Lucas Taieb à 13:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 mars 2011

info ou intox ?

Un ami à moi m'a dit l'autre jour (en rigolant en coin, allez savoir pourquoi) qu'en dessous d'un dessin dont on ne savait pas la date il fallait obligatoirement écrire "dessin non daté" tout comme on écrit "photo non datée" au dessous d'une photographie dont on ne connait pas la provenance. Le problème c'est que moi je sais jamais la date qu'on est, j'ai pas d'éphéméride sur mon bureau, du coup je vais être obligé d'écrire ça en dessous de chaque dessin, c'est un peu embêtant. Là j'ai commencé hier une scène muette et donc voici ce que ça donne, vous comprendrez que ça casse l'ambiance et qu'au bout d'un moment j'ai la flemme d'écrire toujours la même inscription et que donc je sabre...

39

Bon mais on m'a appris qu'il faut savoir tirer partie de chaque contrainte, et j'avoue qu'en réalité j'aime jouer avec. Du coup j'ai eu l'idée d'essayer des mises en cases amusantes pour présenter les personnages, en utilisant donc la mention légale en question.

40

Ça en jette, non ?

EDIT : On vient de m'envoyer le message suivant (je cite) : "t tro kon tu té fé avoir, il ta dit nimp le mec, il fo pa obligatoirement maitr la mention légale dessein non da T en dessous d'un dessein non da T, té vrémen tro nailliff, té tro kon". Alors je vous pose la question : info ou intox ? (du coup j'ai changé le titre de l'article)

Posté par Lucas Taieb à 18:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

résultat du GRAND CONCOURS

C'est donc messieurs L. et Geoffroy qui ont gagné, et j'en profite pour les remercier de leur participation. La réplique gagnante qui sortira de la bouche du benêt plein d'alibis est donc "le", et voici donc la page où celle-ci apparaît, page qui se trouve être la dernière du projet, eh oui il s'agit du dénouement du récit. Donc SPOILER, comme on dit.

42

Posté par Lucas Taieb à 18:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]