06 février 2011

case 4, page 6

Je vous dévoile en exclusivité une case déjà entièrement terminée et qui m'est venue comme une fulgurance évidente. (À noter qu'une fulgurance est toujours évidente sinon ce ne serait pas une fulgurance.)

4

Posté par Lucas Taieb à 19:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 février 2011

flash-back-coming-out de la page 27

Le lointain mais néanmoins hantant souvenir d'un médecin important de la ville dévoilant son véritable hobbie forme mine de rien la plus grande scène d'action de mon projet, vu qu'il lève la jambe. Pas facile à rendre le mouvement, d'ailleurs. Je vous laisse juger ci-dessous :

11

Posté par Lucas Taieb à 23:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 février 2011

gag de la page 9

Je mettrai quelques p'tits gags en une page pour faire quelques respirations-intercalaires dans le récit, cela permettra de détendre l'atmosphère. En voici un, particulièrement cocasse je trouve :

16

Posté par Lucas Taieb à 21:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 février 2011

la trop rigolote page 35

Tout le monde connaît la règle d'or pour faire du bon comique de situation : faut que le mec dise par exemple "j'te jure que je suis un veinard" et dans la case d'après y'a une grosse brique qui lui tombe sur la tête, ou alors "j'te jure que je mens jamais" et la case d'après il dit "je suis le pape" (ceci ne marche que s'il n'est réellement pas le pape bien sûr). Eh ben moi j'ai eu l'idée de faire ça trois fois dans une page qui s'annonce donc mémorable voire inoubliable tellement l'on s'esclaffe sans s'arrêter. (Histoire de bien faire comprendre qu'il faut s'esclaffer j'ai souligné ça en mettant des flèches explicatives et des rires incitatifs, comme ça je suis sûr de mon effet, pas bête hein).

24

Posté par Lucas Taieb à 21:32 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

11 mars 2011

la trop bonne idée !!!

Et si dans mon récit j'incluais la vie d'un blog où je fais croire que je suis un artiste imbécile s'accrochant encore à des chimères mélangeant divertissement consumériste et esthétique sacrée alors qu'en fait je suis lassé par les vertus persistantes de l'accrochement à l'illusion de la Caverne qui m'atteignent de moins en moins tellement j'aime bien me concentrer sur le dessous des choses et m'en amuser ??? Alors du coup je jouerai au mec revenu de tout, qui se sent supérieur à tout, limite méprisant même quand je me moquerai de moi-même vu que je viserai en fait les parodieurs qui me nourrissent, en étant donc jusqu'au-boutiste dans ma perpétuelle et pénible remise en question de tout, et je continuerai à fond dans ce troisième degré incompréhensible en faisant une gigantesque mise en abyme où mon narrateur aura pour objectif d'inclure dans son projet de faire le blog en question, oh c'est trop géant non ??? Voici ce que ça pourrait donner :

30

31

J'ai la migraine tout d'un coup donc même si je conserve cette scène celle-ci ne sera qu'une toile narrative diffuse, isolée et contingente qui n'aura pas grande importance dans l'intrigue, une "toile de fond" comme on dit, oui voilà je cherchais le mot. L'essentiel c'est ce qui arrive au personnage principal, il faut que je me le répète. J'essaierai de m'efforcer à m'y efforcer dans les posts qui suivront.  

Posté par Lucas Taieb à 17:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 mars 2011

les trois meilleurs passages du projet en avant-première !

Histoire de vous donner l'eau à la bouche.

36

Alors il paraît que dans toutes les bonnes histoires il y a un moment où un personnage dit "il a le pouvoir !" avec un air à la fois mystérieux et menaçant, du genre "ah ouais le mec en question il est trop chelou d'avoir le pouvoir". Je n'ai donc pas voulu échapper à la règle, même si je n'ai pas pu m'empêcher d'ajouter une petite note d'humour à la suite, afin de détendre un peu l'atmosphère. Vous me connaissez, je suis un rigolo. (Soit dit en passant aucun personnage de mon récit n'a un quelconque pouvoir mais on va dire que ça fait rien.)

37

Alors ça c'est l'incontournable description sensible et lyrique de la nature, on ne peut pas y échapper. Avec toujours à la fin, pour ne pas que le lecteur s'endorme (parce que quand même c'est chiant la nature au bout d'un moment), un rebondissement plein d'action, que je ne vous dévoile pas ici quand même, histoire d'en garder un peu sous le coude !

38

Dans toutes les bonnes intrigues il y a toujours des histoires de famille imbriquées dedans, avec des choses cachées ou mal comprises, des règlements de compte, des conflits d'intérêt, des trahisons, des chantages, des mises au point, des casseroles comme on dit, comme on en trouve dans toutes les familles dignes de ce nom/qui se respectent (je sais jamais laquelle des deux expressions employer). Alors il faut bien que les personnages résument un peu le contexte pour le lecteur largué qui a sûrement oublié l'existence de tel ou tel membre.  

Tout à coup je m'aperçois que ce qui gouverne un bon projet c'est le nombre de "ouais mais tu sais bien que" (voir aussi la page sur le pouvoir) car ça montre que l'auteur veut être clair avec les lecteurs, veut les aider à saisir le truc qu'il veut raconter. Par conséquent je pense pouvoir dire que mon projet s'appellera Ouais mais tu sais bien que 07 36 96 84 75. (Bah ouais il faut bien qu'il y ait le nom du héros dans le titre quand même.)

Posté par Lucas Taieb à 13:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 mars 2011

résultat du GRAND CONCOURS

C'est donc messieurs L. et Geoffroy qui ont gagné, et j'en profite pour les remercier de leur participation. La réplique gagnante qui sortira de la bouche du benêt plein d'alibis est donc "le", et voici donc la page où celle-ci apparaît, page qui se trouve être la dernière du projet, eh oui il s'agit du dénouement du récit. Donc SPOILER, comme on dit.

42

Posté par Lucas Taieb à 18:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

04 avril 2011

il faut savoir saisir ce qu'il y a sous nos yeux (1)

Il faut savoir saisir ce qu'il y a sous nos yeux, premier volet. (Retenez bien ça les enfants.)

Voici une citation entendue et aussitôt griffonnée un soir de beuverie entre potes :

45

Et voici comment je l'ai magistralement incluse dans une scène psychologiquement complexe qui me mettait dans l'embarras, n'arrivant pas à lui trouver de chute (car il faut toujours une chute dans une scène) :

46

Comme quoi, même l'ami Momo, pourtant potache et simplet, peut servir d'inspiration à une séquence tragique d'anthologie !!! Vive l'art !!!

Posté par Lucas Taieb à 23:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 août 2011

la genèse de tout cela

54

55

56

Posté par Lucas Taieb à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 août 2011

"La vente du livre"

J'ai fait un stage l'autre jour et on m'a appris comment vendre du livre, c'était trop bien. Maintenant je sais vraiment comment faire manger du bouquin à un client intéressé par ce produit. C'est hébergé sur Le Terrier, si vous voulez en savoir plus. Rubrique POLIS. Merci à L.L. de Mars pour son accueil.

Posté par Lucas Taieb à 13:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]